Inauguration de la plaque commémorative de Patrice Lumumba

En septembre 2017, nous étions rassemblés devant la statue de Léopold II dans la rue des Fossés à Mons. Pour appuyer la demande de plusieurs associations, c.a.d. l'installation à l'Hôtel de Ville d'une plaque à la mémoire de Patrice Lumumba et de tous ceux et celles qui se sont battus pour l'indépendance du Congo.

Le rassemblement était organisé à l'initiative de « Mémoire coloniale et la lutte contre les discriminations », Intal, Change ASBL, le CEAM (Cercle des Etudiants africains de Mons) et d'autres. Avec plusieurs membres du PTB, nous y étions en soutien.

En effet, dans l'entrée de l'Hôtel de ville, une grande plaque en bronze rend honneur depuis plus de 50 ans aux « pionniers » de la colonisation au Congo. Sans aucune information sur les richesses pillées par ceux-ci, au détriment de la population congolaise, ni sur les nombreux crimes et massacres commis pendant cette période.

Aujourd'hui, dimanche 21 octobre, c'est chose faite. Après plusieurs réunions entre les représentants de la commune de Mons et des associations congolaises de Mons, une plaque est inaugurée. « À la mémoire de celles et de ceux qui se sont battus pour l'indépendance du Congo, et en particulier de Patrice Lumumba, 1er Premier ministre, assassiné le 17.01.1961, avec ses compagnons Maurice Mpolo et Joseph Otiko à cause de leurs opinions. »

Environ 70 personnes étaient présentes à cette inauguration, Belgo-Belges et Belgo-Africains confondus. Madame Jacqueline Otiko, fille de Joseph Otiko, a fait le déplacement de Londres, pour saluer ce travail de mémoire. Au cours d'une allocution poignante, elle a souhaité que ces initiatives (Bruxelles, Charleroi, Mons) se multiplient et débouchent sur une reconnaissance au niveau fédéral.

 


Montrer 2 réactions

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Philippe Nicolas
    a commenté 2018-10-22 21:46:55 +0200
    Lumumba a échoué l’unité – il n’a pas pu réunir autour de la table non seulement les industriels indispensables à la réussite de la transition, mais surtout les protagonistes politiques congolais qui comptaient ! Son premier gouvernement fut un échec, ses promesses irréalistes, ses voltes-faces et harangues populistes firent le reste; le chaos et les massacres dans un contexte de guerre froide scèllerent son sort et des Congolais ont préféré l’occire plutôt que de lui laisser une chance de faire sa katharsis à l’étranger afin de revenir plus tard mieux disposé ..
  • Stéphane Levis
    a publié cette page dans Actualités 2018-10-22 15:35:22 +0200

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?