Je ne veux pas qu'on m'enlève mon gagne-pain !

Je ne veux pas qu'on m'enlève mon gagne-pain !

Bref rappel des faits.

Le passage du Centre a besoin d'être rénové. Il en est question depuis plus de 5 ans. La Ville avait obtenu des subsides pour aider à revitaliser le site. Il s'agit de subventions venant du Fonds Feder de la Région wallonne, pour un montant 9,8 millions d'€, dont 1 million à charge de la commune. Cette enveloppe est toujours là, mais elle est gelée.

En effet, E. Di Rupo et Nicolas Martin, échevin du développement économique posent leurs conditions : la galerie doit répondre aux normes de sécurité suite au rapport des pompiers. Les 22 propriétaires doivent s'accorder pour la rénover ou la revendre à un investisseur.

Cela pose deux problèmes aux propriétaires :

  • D'une part, BREG, un investisseur privé, est très intéressé de racheter et reconstruire le Passage du centre. Mais il propose aux commerçants propriétaires des sommes dérisoires, qui sont totalement insuffisantes pour leur permettre de se réinstaller ailleurs.
  • D'autre part, si les propriétaires ne vendent pas leur bien, les normes de sécurité exigées posent un effort financier trop important, quasi irréalisables.

 

C'est ainsi que l'ensemble des propriétaires se sont accordés, prêts à avancer avec la Ville. Le Syndic des propriétaires a adressé un courrier aux autorités communales : « Une large majorité des copropriétaires ont voté pour l'acceptation de rénover la galerie en partenariat avec la Ville et le fonds Feder, mais uniquement si la mise en conformité pompiers était intégrée dans l'ensemble des travaux de rénovation, pour ne faire qu'un tout. »

 

Lors de la rencontre entre les propriétaires et la Ville, le 18 décembre dernier, un accord n'a pas été trouvé. La commune maintient les délais demandés aux propriétaires pour se mettre en conformité avec les normes incendie.

 

Ayant pris connaissance de cette situation, nous sommes allés avec quelques membres du PTB rencontrer quelques propriétaires, pour soutenir leur cause.

 

« Je ne veux pas qu'on m'enlève mon gagne-pain ! »

 

Témoignage.

 

« Je vis de la galerie, qu'on ne m'enlève pas ça ! Je suis là depuis 30 ans, j'ai ma clientèle ici. Je veux bien qu'on me déplace, mais qu'on m'en donne les moyens.

Je suis consciente qu'il faut une rénovation, et je veux bien y investir ma part aussi. Nous sommes justement allés voir la Ville, tous les propriétaires ensemble, unis. Il existe une solution : un investissement dont 70 % venant du Feder, 15 % venant de la Ville, et 15 % de la part des propriétaires. Nous étions tous d'accord. Et maintenant, le Collège n'est plus d'accord et pose des conditions.

 

Pourtant, il y a quelques années, quand la Ville avait obtenu le Fonds Feder, des représentants sont venus nous demander si nous étions contents, et ils disaient : « la galerie est un endroit stratégique entre la Grand-Place et la gare. ».

Je pense qu'aujourd'hui, la commune veut que les propriétaires vendent à l'investisseur privé. En tout cas, avec toutes leurs conditions, on nous pousse à ça.

Mais BREG me propose 20 – 25.000 €. Qu'est-ce que vous voulez que je fasse avec ça ? On dirait une expropriation déguisée.

Et même si on m'avait expropriée, j'aurais droit à bien plus que ça !

 

J'ai l'impression que la commune préfère cette option, de sorte à pouvoir garder les Fonds Feder pour autre chose.

 

Je me suis renseignée quant à la possibilité de m'installer dans le piétonnier. Réponse de la commune : si je veux m'y installer, je dois agrandir et embaucher du personnel. Mais je n'en ai pas les moyens !

 

Pour nous, la galerie c'est notre vie, notre gagne-pain, on veut le garder !


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Stéphane Levis
    a publié cette page dans Actualités 2018-01-07 17:19:45 +0100

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?